12
Nov 13

 

Le mercredi 6 novembre, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté le projet de décret –bien mal nommé - « paysage ».

Ce décret modifiant le paysage institutionnel et proposant une meilleure coordination de l’offre d’enseignement supérieur nous semble comporter des éléments intéressants. Toutefois, une des modifications à venir est la réussite dès la note, et la moyenne, de 10/20. Cette dernière modification ne nous parait pas aller dans le sens des étudiants.

Cette mesure, sous prétexte de clarifier le système existant et d’harmoniser les critères de réussite entre les différents types d’enseignement, va obliger les professeurs à attribuer une note de réussite ou d’échec pour un cours. Cela nous semble se faire au détriment des étudiants dans la mesure où, désormais, les étudiants ayant une connaissance de la matière non jugée satisfaisante mais s’y rapprochant seront directement mis en échec. Ils seront dès lors obligés de repasser le ou les examens en seconde session. Auparavant, ces étudiants pouvaient bénéficier de notes de balance qui permettaient de ne pas repasser ces examens. Cela aura vraisemblablement un impact sur la taille des secondes sessions des étudiants mais aussi sur le taux d’échec qui est encore trop élevé et particulièrement en première année de bachelier.

Par ailleurs, la décision de représenter, ou non, un ou plusieurs examens responsabilisait l’étudiant dans l’atteinte de la moyenne de 12/20. En alignant la note de réussite d’un cours sur la moyenne, le nouveau système n’oblige plus un étudiant à combler la faiblesse qu’est une note en balance (10 et 11/20) par des notes supérieures à la moyenne anciennement requise. Or, selon nous, l’ancien système était une leçon professionnelle pour les étudiants car il incitait chacun à compenser des lacunes par des points forts.

Cette mesure est donc un risque d’hémorragie d’échecs. Les Etudiants Démocrates Humanistes défendent le retour à l’ancien système, heureusement toujours en vigueur jusqu’à la prochaine rentrée académique, et sont bien décidés à faire entendre cette voix à l’approche d’échéances importantes.

 

Loris Resinelli

Secrétaire politique

Jérôme Bastin

Président

0499 69 61 12